Les Ombres - texte de Matias Grenn

III,9 - Jezabel

Chez Amin et Jezabel.
Un autre flash d’informations.

« ...Dans le scandale qui suit l’affaire de l’assassinat du député-maire Henri Jacques, de nouvelles révélations agitent en ce moment la Justice, car il semblerait que la vidéo, où l’on voit le commissaire Ménard tuer un de ses collègues, ait été mise en ligne sur le net par l’ex-femme du député-maire, pour se protéger de ses complices. La vidéo, venant à l’origine des caméras de surveillance du parking, avait curieusement disparu des disques durs de l’entreprise gérant les parkings. C’est un des cadres de cette entreprise qui aurait lâché le morceau... »

Au téléphone

Jezabel – Allo ?
Ah, Julien.
Attendez, j’éteins la radio.
Oui ?
Vous aviez reçu mon message ?

Julien – Oui, et j’ai bien reçu aussi les pièces jointes.
Je me suis permis de les transmettre au lieutenant de police.
Il ne faut pas que les médias et la Justice ne se concentrent plus que sur l’ex-femme de mon père.

Jezabel – Je suis d’accord avec vous,
Le scandale est tellement énorme,
Mais je reste perplexe,
Les tremblements...

Julien – Vous avez trouvé quelque chose ?

Jezabel – Absolument rien.
Ça reste un mystère,
Et mes collègues ne trouvent rien non plus.
Ils sont juste capables de préciser que cela part toujours du même point,
Mais que, étrangement, la puissance des tremblements n’est pas logique.

Julien – L’épicentre est le même,
Mais la propagation et la force des ondes sont variables.

Jezabel – Il y a de ça.
Pour un tremblements de terre classique,
Les ondes partent d’un épicentre,
Puis s’en éloignent en perdant de leur puissance,
D’une manière plus ou moins régulière,
En fonction des sols généralement.
Nos tremblements,
Rien de tel.
C’est pour cela que je n’emploie pas le terme d’épicentre.
Même si ça semble partir d’un point
Qui est toujours le même,
Mes collègues n’arrivent pas à suivre les ondes.
Et elles peuvent ressurgir très fortement assez loin de ce point,
Sans pour autant être ressenties sur les terrains séparant ce point de départ à ce que je pourrais nommer point d’arrivée.
Et on ne ressent ses vibrations que sur ces deux points.

Julien – Et est-il possible d’obtenir une carte de tous ces points sur un laps de temps assez long ?

Jezabel – Je leur demanderai, mais à mon avis, non.
Soit parce qu’ils n’ont pas pu le faire dès le début,
Soit parce que tout simplement ils n’en n’ont pas le droit.

Julien – Dommage.
J’aurais voulu voir si ces tremblements suivaient des lieux en lien avec le meurtre.
Je ne sais pas pourquoi,
Je sais que ça semble absurde,
Mais
Je crois que ça m’aurait rassuré de savoir ça.
C’est tellement...

Jezabel – ...Incompréhensible,
J’en conviens.

Fantôme de Barbara – Bien entendu que ça a un lien !
Mais j’aurais préféré une explication.
Être morte comme ça,
J’aurais aimé qu’on m’explique,
Même comprendre pourquoi je suis là,
Morte mais là,
À vous écouter, vous espionner.

Fantôme de Anatole – Comment veux-tu expliquer ça ?
Même nous qui avons accès à des choses qu’ils ne savent pas,
Nous n’avons pas accès à ça.
On est mort.
C’est tout.

Fantôme de Camille – C’est vrai que, quand même, d’être là malgré la mort,
Suivre cette affaire,
Pourquoi ?

Fantôme de Barbara – Ou pour qui ?

Fantôme de Anatole – Pour qui ?
Tu y crois encore,
Qu’une fois terminée une main aimante viendra nous prendre,
Des conneries !

Répondre à cet article

Contrat Creative Commons | Mentions légales | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | logo sprechgesang SprechGesang.net