Les Ombres - texte de Matias Grenn

II,9 – Amin et Jezabel

Dans le métro

Jezabel – Tu lui as montré les deux tableaux

Amin – Les photos aussi

Jezabel – Ce n’était pas à toi de le faire

Amin – Je sais mais il m’a semblé qu’il était important que je le fasse
Il est en train d’enquêter sur le meurtre de son propre père
Il fallait qu’il le sache au plus vite

Jezabel – Et ce danger que tu ressentais

Amin – Le danger ne vient pas de Julien, je le sais maintenant
Ce danger
Je le ressens toujours mais ça n’émane pas de lui
Je devrais le peindre on y verrait plus clair

Jezabel – C’est ce que j’aime avec toi

Amin – Qu’est-ce que tu racontes ?

Jezabel – Tu vois des solutions là où en tant que scientifique je ne vois que des sensations
Non que ce soit un langage étranger mais
C’est un langage assez éloigné de la science
Et j’aime que tu me ramènes à ça
Ça me donne du recul

Amin – Si seulement j’arrivais à peindre les tremblements
Peut-être y trouverions-nous une explication

Jezabel – Peut-être n’avons-nous pas à trouver une explication
Et qu’en effet tu devais montrer à ce journaliste les tableaux
C’est quand même assez extraordinaire que ce soit justement Julien
Je ne l’aurais pas reconnu
Tu le revois bientôt ?

Amin – Je vais sûrement le croiser à Italie
Mais c’est vrai que je n’ai même pas son numéro de téléphone

Jezabel – Là, excuse-moi mais tu es complètement irresponsable ! (Ils sortent du métro et remontent à la surface, quartier Italie) Tu l’as laissé seul à digérer tout ça. Tu imagines dans quel état il doit être

Amin – Écoute, je sais, ce n’est pas responsable, mais nous n’étions plus très clairs quand il est parti, il a appelé un taxi pour rentrer cuver à son hôtel. Je lui ai proposé de rester mais il a refusé, il avait besoin d’être seul, ce que je comprends complètement

Jezabel – Oui, mais tu ne le connais pas, tu ne sais pas s’il est fragile, comment il va encaisser

Amin – Tu imagines toujours le pire

Jezabel – Avec toi il vaut mieux

Amin – Bon, si je ne le vois pas aujourd’hui, je tâcherai de trouver son hôtel

Temps

Jezabel – Je ne sais pas ce que tu dois faire
Si ça se trouve, tu as raison, il a juste besoin de recul, de solitude, et là on s’inquiète pour rien
Je ne sais pas

Amin – Entre ne rien faire et agir tout de suite, donnons-lui quelques jours, si tu veux, et ensuite je vais le voir. Ça ne m’empêche pas de retrouver son hôtel en attendant.

Répondre à cet article

Contrat Creative Commons | Mentions légales | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | logo sprechgesang SprechGesang.net