Les Ombres - texte de Matias Grenn

II,8 – Julien et loïc

Dans la chambre d’hôtel de Julien

Loïc – Merde Julien, tu as vu dans quel état tu es, et je ne parle même pas de cette chambre. Vous puez, ça sent la gerbe, et tu as l’air de ne pas t’être lavé depuis la dernière fois qu’on s’est vu.

Julien – Je... Je sais... Je craque complètement... Tu sais, j’ai toujours calmé mes douleurs avec l’alcool, même si je ne le savais pas... même si ces douleurs... Elles étaient sans nom... Enfin sans le nom de mon père... La douleur... Juste la douleur de son absence... Ça me creusait à l’intérieur... Je buvais pour combler les trous... Rarement plus de cinq verres par jour... Un alcoolisme anonyme si tu veux... Mais quand j’ai su... Quand j’ai vu... (Temps. Il part en courant vers les toilettes et on l’entend vomir. Temps. Il se rince la tête. Revient) Regarde là, les deux tableaux... Le premier, j’avais quoi, cinq ans, a été fait à partir d’une photo...

Loïc – Elle, c’est ta mère je suppose.

Julien – Voilà la photo originale, et quelques autres de la même série... C’est chez nous... L’appartement quartier Italie... Tu vois
Et là sur ce tableau...

Loïc – Merde

Julien – Oui merde... comme tu dis

Loïc – Mais une peinture...

Julien – Je sais... Je me suis dit ça aussi... Mais regarde (il montre d’autres photographies)

Loïc – Lui avec ta mère, toi dans les bras, je suppose à la maternité, et celle-là l’appartement Italie

Julien – De le voir avec moi et ma mère, je sais, ce n’est pas complètement une preuve. Mais il y a aussi cette photo d’avant ma naissance, et aussi (Il sort son téléphone) de nombreux messages de ma mère, que je n’avais pas pu écouter avant... Elle... Elle m’a appelé car... Elle voulait enfin me le dire...

Loïc – Et alors, tu l’as rappelée

Julien – Non... Non... Je n’ai pas pu... Pas dans cet état... Et j’ai encore trop de rage dans la bouche... Je... J’ai juste... Un texto... « Je sais tout. Pourquoi m’avoir menti ? Pourquoi ? »... Voilà... Elle a essayé de m’appeler plusieurs fois mais... Je n’ai pas voulu répondre... Elle n’a pas voulu me laisser de message non plus... Elle doit attendre.. Que je me sente prêt... Il lui a fallu tout ce temps pour se sentir prête... Il a fallu qu’il meure pour qu’elle se décide à me le dire...

Loïc – Maintenant tu la connais la raison qui t’a amené ici
Il faut te ressaisir
Il faut terminer ton enquête, ton article
Tu dois trouver qui a tué ton père
Sur quoi il travaillait pour finir assassiné

Julien – Tu crois que j’en ai envie
Ce n’est pas seulement mon père qui est mort
C’est la possibilité qu’un jour je puisse le rencontrer
Tu comprends ça

Loïc – J’arrive à comprendre, oui, mais tu ne le feras pas revenir en te suicidant dans l’alcool

Julien – Je... Je ne sais pas... Je ne sais plus par quel bout prendre cette affaire

Loïc – Et si tu la reprenais depuis le début
Mais pour ça il faut avoir les idées claires

Julien – Si tu veux que j’arrête de boire... Tu vas être obligé de rester avec moi

Loïc – Viens, on va marcher, on va commencer à évacuer tout ça
Et garde en tête les yeux et le sourire de ton père
Combien il semble heureux que tu sois là
Combien il semble aimer ta mère
Peu importe ce qui a pu se passer ensuite
Il faut que tu gardes cet amour autour de ta naissance en tête

Répondre à cet article

Contrat Creative Commons | Mentions légales | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | logo sprechgesang SprechGesang.net