Les Ombres - texte de Matias Grenn

II,12 – Amin et Jezabel

Chez eux, la télévision allumée sur un journal d’informations régionales

Amin – Je l’ai vu, à la sortie d’un hôtel, tout à fait par hasard

Jezabel – Et vous avez parlé

Amin – Non, il était accompagné, il m’a salué de loin mais semblait pressé. Il avait une sale gueule, je t’avoue qu’il m’a fait peur

Jezabel – Et tu l’as laissé partir une seconde fois, tu fais exprès ou quoi

Amin – J’allais le faire, essayer de le retenir, de lui parler, mais ils se sont engouffrés dans une voiture, et l’autre homme m’a regardé et m’a fait un geste de la main pour que je ne vienne pas et avec la tête et les yeux il a fait ça, tu vois, ça rassure, il m’a fait comprendre qu’il gérait.

Jezabel – Oui, bon, espérons que cet homme soit un ami sur lequel il peut vraiment compter

Amin – Cet homme ne semblait pas avoir sombré, il avait l’air très clair

Jezabel – On ne voit pas toujours sur le visage ce qui se cache dans les ombres

Amin – Oui je sais, parfois sous un beau champ de blé se cache une terre contaminée, mais les yeux de cet homme, j’ai confiance

Jezabel – Là, il va falloir que tu me le peignes, sinon je vais rester perplexe (dubitative...)

Répondre à cet article

Contrat Creative Commons | Mentions légales | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | logo sprechgesang SprechGesang.net