Les Ombres - texte de Matias Grenn
Accueil du site > Les ombres > Ière partie : le journaliste > I,18 – Les fantômes des deux tueurs

I,18 – Les fantômes des deux tueurs

Fantôme de Anatole – (Il hurle) Tu m’entends ?

Fantôme de Barbara – Franchement, je ne crois pas, il n’a même pas cillé.

Fantôme de Anatole – Comment veux-tu intervenir si Driss ne nous entend pas !?!

Fantôme de Barbara – Je ne sais pas, mais si tu pouvais arrêter de crier !

Fantôme de Anatole – Il faut juste parler sans doute, il finira bien par entendre quelque chose.

Fantôme de Barbara – Mais, tu veux lui dire quoi exactement ?

Fantôme de Anatole – Qu’il faut arrêter, et lui seul le peut.

Fantôme de Barbara – N’importe quoi ! Il est dedans, plus que nous-mêmes, il tenait l’arme.

Fantôme de Anatole – Si tu avais su tirer…
Et pourtant le patron, tu l’as jamais eu au téléphone, ni moi, ni Driss.

Fantôme de Barbara – C’est vrai, Driss n’est pas le chef.
Il faut suivre Driss, et aussi le journaliste.

Fantôme de Anatole – Tu veux que j’aille lui souffler des pistes ?

Fantôme de Barbara – A chacun son rôle.

Fantôme de Anatole –Mais qui te dit que c’est ça qu’on doit faire, c’est trop… comment on dit… tu sais quand ça fait un peu comme la religion, Dieu et tout ça ?...

Fantôme de Barbara – Mystique ?

Fantôme de Anatole – Oui c’est ça, ça fait un peu mystique, on est morts, fantômes, et tu crois qu’on a encore un rôle à jouer, pour… pour quoi d’ailleurs...

Fantôme de Barbara – Pour nous racheter, pour que nous puissions nous pardonner à nous-mêmes.

Fantôme de Anatole – Mais ça m’est complètement égal cette histoire en fait, je voudrais juste...

Fantôme de Barbara – Mais tu ne peux pas, tu vois bien, tu ne peux pas retrouver ton corps et, comme avant, faire les tâches ingrates de nos employeurs, dont je te rappelle on ne voit jamais les visages, et tu ne peux pas non plus disparaître

Fantôme de Anatole – Mais j’ai disparu, ça y est !

Fantôme de Barbara – Si tous les morts devenaient des fantômes, depuis le temps, là, on en verrait, tu crois pas ?

Fantôme de Anatole – On en a vu un.

Fantôme de Barbara – Tu veux dire on n’en a vu qu’un, sur les milliards d’êtres humains morts, ça fait peu tu ne trouves pas ?

Fantôme de Anatole –Je ne sais pas, mais ta manière de répondre à ce… phénomène, je n’ai pas envie que ce soit ça.

Fantôme de Barbara – Tu crois que j’ai envie que ce soit ça !

Répondre à cet article

Contrat Creative Commons | Mentions légales | SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | logo sprechgesang SprechGesang.net